BangBang : bangbangblog.com

J'te vois dans mon livre

Entre déluge et désir : féminité trouble et sensuelle avec les personnages d’Anne-Marie White et Julie-Anne Ranger-Beauregard

Rachel Gamache
2 mai 2011

Le Jamais lu nous a offert hier une autre rencontre étonnante avec des textes posant des questions peu ordinaires autour de l’identité féminine. Le premier, Déluge, raconte l’histoire de Solange, une femme paniquée et inquiétante, vivant dans un monde qu’elle comprend mal. Elle a un hamster, dans sa tête, qui lui gruge lentement les tripes et la cervelle. Ce matin-là, surprise de se trouver encore vivante, elle qui se qualifie de « déchet inodore », Solange se retrouve responsable de l’enfant de sa voisine qu’elle connaît à peine. S’ensuit une réflexion pour le moins délirante tournant autour de la procréation, de l’instinct maternel qu’elle cherche désespérément à ressentir, et de la sacro-sainte image de la femme mère, un modèle qui, assurément, ne lui convient pas, mais qu’elle semble s’acharner à démystifier. Les neuf chapitres aux titres pour le moins absurdes — « Mon dentiste est de gauche » —, mais scandés avec assurance comme s’ils étaient les seules vérités qui vaillent mènent cette mère d’un jour à l’infanticide et à sa propre mort. Le puissant Déluge d’Anne-Marie White, porté par les charismatiques Geneviève Couture, Pierre-Antoine Lafon Simard et Danielle Le Saux-Farmer et l’environnement sonore (créé et performé par l’auteure elle-même), avait tout pour nous faire rire et frémir.

Puis, ce fut le tour de Marie Bernier d’entrer seule en scène pour incarner Désir, la seule voix du texte Faire l’amour à Grégoire de Julie-Anne Ranger-Beauregard. Une mise en lecture juste de Guillaume Sauriol-Lacoste accompagnait les mots de ce long poème théâtral qui, bien que bourré d’amour à ras bord, ne nous noyait jamais dans l’eau de rose. Car si le personnage s’appelle Désir, c’est non seulement parce qu’elle a cette envie irrésistible de faire l’amour à Grégoire, l’homme idéal, l’âme soeur, et tout partager de sa vie de fille, de femme et de mère à travers lui, mais aussi parce qu’elle a une mère qui écoute peu ses propres désirs et un passé dans lequel repose une grand-mère à l’amour mort. Plus complexe qu’il en a l’air, ce texte gagnerait vraiment à être entendu de nouveau afin de mieux profiter du talent de son auteure.

Geneviève Couture (Solange) et Pierre-Antoine Lafon Simard dans Déluge d’Anne-Marie White

Marie Bernier interprétant Désir dans Faire l’amour à Grégoire, de Julie-Anne Ranger Beauregard

Ta langue ne s’arrête pas là puisque les festivités se poursuivent ce soir, jour d’élection, avec le Salon théâtral sur les tabous sociaux, animé par Carole Fréchette et Lise Vaillancourt. Geneviève Billette, Marcelle Dubois, Martin Faucher, Dominick Parenteau-Lebeuf et Larry Tremblay forment le groupe d’auteurs que ces deux femmes ont l’habitude de recevoir dans leur salon personnel afin de discuter des enjeux sociaux qui les préoccupent déménagent le temps d’une soirée au Cabaret du Patro Vys. Vous êtes également conviés à participer à cette soirée en échange d’un plat à partager pour cinq personnes et d’un texte de 50 mots sur ce qui, pour vous, est encore tabou dans notre société. Pour terminer la soirée en beauté (nous l’espérons!), les résultats du scrutin seront diffusés en direct de l’événement. L’entrée est gratuite, mais les places étant limitées à 60 personnes, il faut tout de même réserver!

Carole et Lise reçoivent : Salon théâtral sur les tabous sociaux

À 18h, O Patro Vys (356 avenue du Mont-Royal Est)

Réservation obligatoire : 514-328-7437

Crédit photo : Thomas Blain

Pas encore de commentaire.

J'te vois dans mon livre

Rachel Gamache

La vie de poète c'est dangereux - Patrice Desbiens

Entrez en ma matière

RUBRIQUES